Paul et Alcyone Ponygirl

Paul et Alcyone Ponygirl
Paul et Alcyone Ponygirl

jeudi 14 juin 2018

Nouvelles

Cela fait déjà quelques jours que je n’ai pas publié un texte sur ce blog. Ne vous inquiétez pas : tout vas bien pour nous. Nous sommes simplement bien occupés actuellement par plusieurs événements.
Nous avons acheté une maison et nous sommes actuellement en plein déménagement.
Il y a de plus la gestion des activités de la pony qui nous prend beaucoup de temps. Nous avons réalisé une série de photos en extérieur illustrant le travail de la pony (clichés joints à ce texte). Nous devons aussi organiser notre voyage en Ardèche, qui aura lieu la semaine prochaine, ainsi que le rassemblement des ponys qui se déroulera dans moins d’un mois.
Comme vous pouvez le constater, les journées sont bien chargées, en plus de nos activités quotidiennes.
Je vous remercie de nous suivre.


Ponygirl Grand Ouest
Balade en forêt (Photo Laurenzo)

samedi 19 mai 2018

Termes techniques des accessoires de la pony

Suite a diverses discussions, je me suis rendu compte que certaines personnes ne comprenaient pas plusieurs termes techniques que j’utilise durant mes explications.
Je vous communique donc les définitions de ces termes techniques, afin que vous puissiez suivre ce blog.
Ces termes sont listés par ordre alphabétique et ils pourront être complémentés plus tard.

Bride : la Bride est un terme générique désignant un harnais placé sur la tête d'un cheval, permettant de le diriger. Il existe différents types de brides.

Chambrière : long fouet, utilisé depuis le centre de la piste par les dresseurs de chevaux non montés, et dans un manège.

Harnais : le harnais est l'équipement qui permet de lier la pony à un dispositif à tracter. Des harnais peuvent être conçus à l'aide de cordes, mais ils sont généralement composés principalement de pièces de cuir.

Licol : le licol, ou licou, est une pièce de harnachement. Il se place sur la tête de l'animal et permet ensuite d'avoir une prise pour tenir la pony, et ainsi la conduire ou encore l'attacher.

Longe : une longe désigne d'abord une forte corde destinée à tenir attaché (à un poteau, à l'anneau d'un mur, dans une écurie ou une étable) ou pour le déplacement de la pony.

Mors : Le mors est une pièce de harnachement, le plus souvent métallique, insérée dans la bouche de la pony. Il permet au driver de contrôler la vitesse et la direction de la pony grâce à ses mains. Il existe de nombreux modèles de mors très différents.

Rênes : les rênes sont une pièce de harnachement de la pony, consistant en de longues lanières souples en cuir. Elles sont toujours attachées au mors, et généralement tenues en main par le driver pour contrôler la pony. 


sabot de ponygirl
Les sabots de la PonyGirl

 

samedi 12 mai 2018

l'Ardechoise du BDSM

Maître Paul & pony Alcyone
Maître Paul
& pony Alcyone

Seront présents à l'Ardechoise du BDSM
En Ardeche (France)

Pour les animations de pony-girl
Toute la journée du samedi 23 juin 2018

mercredi 11 avril 2018

Quatrième rassemblement des Pony de France.

Samedi 7 juillet 2018 à partir de 14h.
Maître Paul et sa pony Alcyone vous propose le quatrième rassemblements des ponys de France.
(Nous acceptons également les dogs, renardes et cats ainsi que les mascottes) 


Le rassemblement aura lieu dans la région de La Rochelle (Charente-Maritime). Il se déroulera dans une propriété ancienne et isolée, sur un terrain privé en extérieur, protégé et sécurisé. 


Ce rassemblement n'est pas une démonstration ni un stage de pony, mais bien une rencontre entre personnes. Cela n’est pas non plus pour trouvé sont ou sa partenaire. 


Les places sont limitées à une dizaine de personnes.
Il y a une capacité d’accueil et de couchages dans la propriété.
Si vous couchez sur place, prévoyez d'emmener le nécessaire de couchage.
Des boissons seront à disposition pendant toute la journée. Les repas en commun sont prévus. 


Sous réserves, en fin de journée, une soirée est prévue dans un donjon pour les participants qui le désirent. 


Renseignements et inscription :
pony.ouest@gmail.com

Quatrième rassemblement des Pony de France.
Quatrième rassemblement des Pony de France.

mercredi 4 avril 2018

Les différentes écoles de pratique du PonyPlay

Quand nous avons commencé la pratique du ponyPlay, je me suis informé sur cette discipline. Toutes les documentations que j’ai pu récolter à cette époque étaient uniquement en anglais. J’ai pu constater qu’il existait plusieurs écoles pour cette pratique.
Je vais donc tenter de vous exposer ce que j'ai appris, et différencier les pratiques en fonction des grandes écoles qui oeuvrent dans cette discipline.

Il y a tout d’abord les deux grande écoles anglo-saxonnes, qui sont cependant très différentes l'une de l'autre.
La première est l'école anglaise : Son enseignement consiste à porter directement le driver sur le corps de la pony. Le port se fait généralement directement sur les épaules ou sur le dos de la pony qui est en position debout. Une autre technique consiste pour le driver à monter sur le dos de la pony qui est à quatre pattes. Dans cette position, il est possible de poser une selle sur le dos de la pony. Nous en retrouvons une illustration dans l'une des scènes du film « La Secrétaire ».
Puis, il y a ce que j’appellerais l’école américaine : la pony est debout ; le driver est derrière elle et la dirige avec des rênes. Dans cette discipline, le but consiste à faire exécuter par la pony, un véritable parcours, intégrant différents obstacles qu'elle doit sauter et franchir, ainsi qu'un slalom entre différents plots, selon un ordre pré établi et que seul le driver connait. Il peut aussi s'agir de travaux de force durant lesquels la pony doit tracter de lourdes charges. Des compétitions sont réalisées, intégrant des notions de temps, de présentations et d'autres critères laissés aux choix des organisateurs.

L’intérêt de ces deux écoles, est qu'elles peuvent être pratiquées en intérieur. 

Il y a ensuite ce que j’appellerai l’école française. Cette école se rapproche plus du dressage des chevaux de l’école militaire de Saumur. Il s'agit d'apprendre aux ponys les différents pas d’apparat. La tenue et la présentation de la pony doivent être impeccables. Le driver dirige la pony avec la longe et lui fait exécuter différentes figures.

Puis pour finir, il y a l’école nordique et plus particulièrement l’école allemande. Cette école prône l’ajout du sulky, lequel n’est pas présent dans les autres écoles. La pony tracte son driver qui est assis sur un sulky ou une calèche. Cette pratique est davantage consacrée à la ballade qu'à la compétition. Toutefois, il existe des compétitions de vitesse et d’endurance qui sont régulièrement organisées. L’avantage est qu'il est possible d'atteler plusieurs ponys à une seule calèche.

L’inconvénient de cette école, c'est qu'il faut de l'espace, et que la pratique s'exécute principalement en extérieur.

Il est bien évident que les pratiques des différentes écoles se recoupent. Ainsi, il n'est pas rare que des Anglais ou des Américains pratiquent avec un sulky, ou bien que des Français pratiquent le saut d’obstacles. Cependant, certaines disciplines ne peuvent pas se croiser : ainsi, il est impossible de pratiquer les sauts d’obstacles avec un sulky, ou bien de faire du travail de force avec les pas académiques de Saumur. Nous pouvons cependant voir des ponys, réaliser des pas académiques de Saumur, alors même qu'elles sont attelées a un sulky.

Ce qui faut donc bien comprendre, c'est qu'il n'existe pas un seul et unique style de ponyplay. Il ne faut pas non plus croire que le "vrai" PonyPlay consiste à faire comme ceci, ou bien comme cela. Ou bien de dire que l’école untel fait plus cela qu'une autre école : ce que je viens de résumer n'a pour ambition que d'exposer les grandes lignes directrice de chaque école.


Chacun de nous pratique son propre style de PonyPlay, en fonction de ses ressentis et de son imagination. Nous sommes tous différents et nous voyons notre pratique comme une passion qui nous permet d'être heureux ...


PonyGirl grand ouest
PonyGirl Grand Ouest au Salon EroSexpo de Rennes février 2018. Cliché : Cesare


vendredi 16 mars 2018

Comment avons-nous monté notre projet PonyGirl ?

Vers la fin du mois de mars 2011, j’ai dialogué via MSM avec Alcyone. Je lui ai demandé à ce moment-là ce qu’elle pensait et qu’elle était sa réflexion sur le « PonyGirl » ?
À l’époque, voici la définition que je lui avais donnée d'une PonyGirl :
"une PonyGirl est une personne-objet et animalisée".
À ce moment-là, elle n’a pas réalisé, ni bien compris la signification de mon propos.
Alcyone m’a cependant fait savoir qu’elle désirait découvrir cette nouvelle aventure, malgré le fait qu'elle n'avait pas vraiment de ressenti sur ce sujet et qu’elle ne connaissait pas ce domaine.
Voilà la toute première fois, ou ensemble, nous avons abordé le sujet des PonyGirls.

Dans le courant de l’année 2012, Alcyone m’a offert une longe et un licol de cheval. J’ai rangé ces matériels, en attendant le moment propice, car ils n’étaient pas utilisables immédiatement et sans modifications préalables.

Au début du mois de novembre 2013, chez des amis qui ne connaissaient pas cette pratique, nous avons réalisé le tout premier entraînement de PonyGirl.

Puis il y a eu l’année 2014 qui fut pour nous le grand début du Pony, car nous désirions ensemble créer un nouveau projet, à même de nous passionner et de nous changer de l’ordinaire. Nous aimons les défis et les difficultés ! Nous ne connaissions pratiquement rien de cette discipline, si ce n'est quelques illustrations que l’on trouvent sur la toile. Nous avons décidé de pratiquer le PonyGirl en attelage (il existe en effet plusieurs manières de pratiquer le Pony : j'écrirai un post sur ce sujet).
Fin janvier, j'ai fait l'achat de matériel pour la fabrication d’un sulky, selon des plans que j’avais réalisés à partir d’une photo que j’avais retenue. Nous avons également fait les premiers achats de tenue de la PonyGirl, selon ce que nous pouvions trouver sur internet et dans les magasins. Nous avons demandé à notre cordonnier de quartier, de modifier certains éléments achetés dans le commerce, dont le licol que m’avait offert Alcyone et qui allait être transformé en harnais.
En juin, j'ai fabriqué le sulky dans un atelier de mécanique, selon mes propres plans. Ensuite, je suis parti à la recherche d’un lieu pour des entraînements en extérieur, dans la région nantaise. Quand le sulky fut terminé, nous avons réalisé un test en intérieur, en utilisant pour uniques équipements le harnais et le sulky. Je me suis alors rendu compte que les bras du sulky n’étaient pas suffisamment solides.
En juillet, nous avons débuté les premiers entraînements de la PonyGirl en extérieur ; nous avons de nouveau cassé les bras du sulky, malgré le travail de renforcement que j'avais réalisé.
Puis, nous avons pris une semaine de vacances en Belgique, où nous avons rencontré  durant une journée, une personne qui pratique le PonyGirl : nous lui avons exposé notre projet et avons tiré profit de ses conseils.
En août, nous avons repris les entraînements de la PonyGirl en extérieur. Mais une grosse avarie sur le sulky m’a obligé à réaliser une lourde réparation.
En septembre, nous avons complété la tenue de la Pony : fabrication par notre cordonnier d'une grosse ceinture pour la PonyGirl. J'ai également travaillé sur la réparation du sulky et de son éclairage.
Durant tout le mois d’octobre nous avons poursuivi les entraînements de la Pony en extérieur.
Puis au mois de novembre, nous avons rencontré un photographe nommé Cesare, à qui nous avons exposé notre projet, et qui accepta de nous suivre avec passion. J’ai ensuite peaufiné la finition du sulky et nous avons complété l'équipement de la Pony par l'achat  de bottes PonyGirl rouges.
Pour achever l'année 2014, nous sommes partis au mois de décembre  avec le sulky chez des amis, ou nous avons réalisé en commun, un entraînement en intérieur. J'ai à cette époque achevé la décoration du sulky et la finition de la tenue de la PonyGirl par l'achat d'un plumet de tête.

Nous avons débuté l’année 2015, comme tous les ans, en participant au salon de l’érotisme de Rennes.
Mais cette manifestation fut aussi pour nous une première, puisque accompagnés pour la première fois par notre photographe Cesare, nous avons dévoilé à l'ensemble de la communauté notre nouvelle activité de PonyGirl en attelage complet. Nous connûmes à cette manifestation un immense succès. C'est suite à cet événement, que j'ai crée le blog des PonyGirls de l'Ouest. Depuis cette date, vous pouvez nous suivre régulièrement dans notre activité.

Quand nous avons créé ce blog, il y a donc déjà plus de trois ans, la réflexion et la démarche de nous investir dans l'activité était déjà ancienne. Il nous a en effet fallu trois longues années de réflexions et de préparations pour entreprendre cette activité. A cette époque, le Pony était en France, une activité quasiment morte ; c'est donc seuls et discrètement, que nous avons crée notre propre vision du Pony. Nous n'avons pratiquement rencontré personne pour nous guider ou nous dire comment faire. Nous avons appris, tâtonnés, testés et tentés d’être le plus fidèle possible à l'esprit du Pony.

Sept années se sont donc écoulées depuis notre première démarche : Que de chemin parcouru aujourd'hui !
Non, cela ne se fait pas du jour au lendemain ; non, cela ne se fait pas sur un coup de tête et simplement pour se faire plaisir ! Le PonyPlay est une démarche à long terme.
Dans le domaine des ponys il ne suffit pas de dire « je veux pratiquer » pour le faire !

Il faut se donner des moyens et surtout du temps ... 
 
PonyGirl grand ouest
PonyGirl Grand Ouest au salon EroSexpo de Rennes février 2018. Cliché et retouche : Cesare