Paul et Alcyone Ponygirl

Paul et Alcyone Ponygirl
Paul et Alcyone Ponygirl

dimanche 29 mars 2015

mercredi 25 mars 2015

Troisième sortie en extérieur


Cette nouvelle sortie en extérieur fut capitale dans la poursuite de nos entraînements et surtout pour le sulky.
Cette sortie s'est déroulée au début du mois de juillet 2014, juste avant notre départ en vacances.
Nous sommes partis en début d'après midi sur notre lieu d'entraînement qui est situé à environ une demi-heure de voiture de chez nous.
Je n'avais pas habillé Alcyone en pony, car je désirais surtout tester la solidité du sulky.
Les premiers éléments à tester étaient les bras du sulky, que je venais de changer : ces nouveaux bras étaient toujours en bois, mais leurs sections étaient beaucoup plus importantes : il s'agissait en fait de manches de pioche que j'avais adaptés au sulky.
J'ai donc équipé et harnaché la pony ; puis je l'ai attelée au sulky et lui ai donné mes instructions après que j'eu moi-même pris position sur le siège.
L'attelage se mit en mouvement. J'avais volontairement choisi un terrain difficile pour ce test. Nous fîmes plusieurs allers et retours durant une bonne heure, avec des demi tours répétés.
J'ai alors constaté que les bras du sulky se fendaient.
J'ai donc mené la pony à son point de repos et je suis parti inspecter le sulky.
Après démontage de celui-ci, j'ai constaté que le châssis s'était plié sous la pression, avec une  déformation importante visible.
J'ai donc décidé, suite à cette sortie, de renforcer le châssis et de fabriquer de nouveaux bras, plus solides encore, en choisissant le métal comme nouveau matériau.
Ces différentes interventions immobilisèrent le sulky pendant trois mois. Finies donc les sorties en extérieur pour la pony en attelage complet. Les entraînements ne pouvaient être repris qu'après réparation complète du sulky, après les vacances.
Pour conclure cette séance d'entraînement, j'ai dévêtu la pony Alcyone ; puis je l'ai attachée nue en plein champ et je l'ai cravachée afin qu'elle puisse bien terminer cette journée si particulière.

 Pony Alcyone avec sa longe




mercredi 18 mars 2015

L'expérience de pony Alcyone

Être une pony-girl ne signifie pas uniquement savoir lever les jambes à une certaine hauteur.
Pour pony Alcyone, il s'agit avant tout d'un mode de vie qui est profondément ancré en elle, et qui est le fruit du long travail de transformation que son Maître a réalisé sur elle. A cette fin, elle fait du sport, et des entraînements intensifs ; ce qui lui permet de parfaire sa pratique du pony-play.
Le mode de vie de la pony Alcyone est aussi la résultante de la philosophie dont son  driver l'a instruit.
Être une parfaite pony-girl signifie avoir l'instinct animal, et se comporter en tous points comme une jument bien dressée.
Une pony ne se permettra jamais de donner un conseil sur le comportement que doit adopter une autre pony ; car chaque pony-girl est dressée différemment, en fonction de ce que lui à appris son driver. Ainsi, pony Alcyone à développé sa propre personnalité animale : personnalité  qui est le fruit du travail que son Maître a su lui inculquer.
Quand Alcyone est dans son rôle de pony (en dehors de sa vie sociale et d'esclave) elle ne parle pas pour se faire comprendre : son driver lui a appris des ordres codés ; en retour, son driver comprend sa pony quand celle-ci a un souci, un énervement, ou une envie pressante.
Son driver lui a appris les allures du cheval (le pas, le trot, le trot enlevé et le galop) avec les sabots bottes. Cela peut devenir pénible et douloureux sous les voûtes plantaires ; les mollets peuvent lâcher pendant la marche si la pony n'est pas suffisamment entraînée (surtout quand pony Alcyone est atteleé au sulky en extérieur pendant deux jours complet et par tout temps).
Le moment qu'attend le plus la pony Alcyone est celui ou son Maître commence à sortir sa tenue et la préparer en pony : elle retrouve alors ses instincts de pony-girl et oublie  tout comportement humain. Le summum de son bonheur est l'instant où le Maître pose le heaume sur sa tête : Alcyone est alors heureuse car elle comprend que son Maître va utiliser sa pony et l'atteler au sulky.
Quand Pony Alcyone et attelée par les accroches au sulky, elle à les bras et mains liés dans le dos : les débuts sont assez pénibles à supporter sachant qu'un entraînement ou une promenade peuvent durer de longues heures : la pony sent alors ses mains s'engourdir et ses bras se raidir. Cependant, à force de persévérance, ces douleurs finissent toujours par disparaître.
Quand pony Alcyone est guidée par son driver et que ce dernier est assis sur son sulky : elle s'emploie à  coordonner parfaitement ses mouvements et son allure et à comprendre et obéir aux ordres, pour que son driver apprécie pleinement la promenade en sulky. Le driver la rassure et lui indique la direction à prendre tout en lui donnant ses directives.
Après une longue promenade du sulky, pony Alcyone sent son corps se raidir et ressent la fatigue dans ses articulations. Son driver la mène alors au repos,les bras et  mains toujours liés, et il l'attache à un piquet par une laisse suffisamment longue pour qu'elle puisse se déplacer aisément autour du piquet. On lui apporte alors un abreuvoir pour la désaltérer, .
Voici en quelques mots l'impression de la pony Alcyone sur sa pratique, et que son Maître lui a demandé de vous décrire.

La pony Alcyone attend son driver.

mercredi 11 mars 2015

Soirée chez nos amis (Maître M et pony A le 6/12/2014)

Deuxième partie :
Le donjon de Maître M et soumise A est situé au sous-sol de leur maison. Ce donjon est parfaitement aménagé pour faire du BDSM, mais son espace n'est pas suffisamment adapté pour pratiquer en intérieur le pony en attelage complet.
Après avoir déplacé un peu de matériel, j'ai pu driver le sulky et la pony autour de la table centrale du donjon. Il a en effet été impossible de déplacer cette table qui était fixée au sol par des accroches solides. Manœuvrer l'attelage autour de cette table est une opération délicate, car le passage autour, est étroit et il y a peu de possibilité de mouvement.
Néanmoins, cela est possible, à condition de driver finement la pony.
Je suis donc parti chercher la pony Alcyone dans son boxe et je l'ai attelée au sulky. Puis je suis  monté sur le sulky et j'ai pris place sur le siège du driver. J'ai ensuite donné consigne à la pony d'avancer. Le premier tour de manège s'est déroulé avec difficultés : le sulky heurtait ou accrochait différents obstacles.
J'ai dû donc faire reculer la pony à plusieurs reprises : faire reculer la pony attelée au sulky, dans un espace réduit, s'avère être une manœuvre compliquée et délicate. J'ai dû m'y reprendre à plusieurs reprises. C'est à force de dressage et de consignes que la pony est parvenue à exécuter la procédure de contournement des obstacles. Dès lors, la pony a pu réaliser plusieurs tours de manège, bien apprendre le parcours et enregistrer correctement les consignes. Quand ce dressage fut accompli, j'ai stoppé l'attelage et j'ai dételé la pony Alcyone du sulky. Puis je l'ai ramenée à son boxe où je l'ai attachée.
Je suis ensuite parti chercher la pony A, que j'ai à son tour attelée au sulky. J'ai fais réaliser à la pony A plusieurs tours de manège. Puis, j'ai repris l'entraînement avec la pony Alcyone, que je suis allé rechercher dans son boxe.
J'ai alors attelé ensemble les deux ponys au sulky et nous avons repris les tours de manège : je dois dire que pouvoir disposer de deux montures pour des trainings en attelage complet fut vraiment un moment rare et inoubliable.
Nous avons ainsi poursuivi durant de longues heures, le dressage et l'entraînement des deux ponys.



mercredi 4 mars 2015

Rangement du sulky


Une fois le sulky construit, il reste un point délicat à gérer : c'est son rangement !
Il faut savoir qu'un sulky prend de la place. Pour ma part, dès la création des plans du sulky, j'ai pensé à ce problème. Pour répondre à cette question,  j'ai donc décidé dès le début, de prévoir que mon sulky serait démontable.
Le fait pour un sulky d'être démontable, facilite son rangement. J'ai comme cela le choix entre un rangement en une seule unité dans un même lieu, ou bien un rangement dans plusieurs lieux plus restreints. De plus, le fait que le sulky soit démontable, facilite les réparations, l'entretien (peinture ou autre), ou bien sa modification par morceaux. Par ailleurs, il est plus simple de trouver un lieu pour ranger son sulky quand celui-ci est démontable. Enfin, il est bien plus facile de transporter le sulky sur les lieux d'entraînement, s'il est démontable : le coffre d'une automobile peut alors suffire à contenir et à transporter l'ensemble des pièces du sulky.
Après plusieurs tests de transport en automobile de mon sulky, je me suis rendu compte qu'il me fallait environ une trentaine de minutes pour le montage du sulky et le même temps pour son démontage.
Je pense donc que la fabrication d'une version démontable du sulky est une bonne option.
Une partie des pièces du Sulky